Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
le blog bartllebooth Blog de vieux con

du mercure sous la langue Sylvain Trudel

BARTLLEBOOTH
du mercure sous la langue Sylvain Trudel
du mercure sous la langue Sylvain Trudel

A me relire (et oui mon ego me fait relire certains des articles présents dans ce blog), je me rends compte que l’emphase est parfois (trop ?) présente dans mes comptes rendus de livres ou disques. Il me semble pourtant beaucoup plus simple de dire du mal que du bien, à chaque fois que l’on dit du bien on est soit naïf ou vendu, alors qu’en disant du mal on développe son esprit critique (être contre donne de la stature en principe). Cette introduction sans queue ni tête juste pour vous dire que j’ai lu un livre formidable. Encore un diront les blasés de ce blog, oui encore un mais celui là si il...

tout ce que vous avez toujours voulu avoir comme cadeaux de noël sans jamais avoir osé le demander : un autre souhait

BARTLLEBOOTH
tout ce que vous avez toujours voulu avoir comme cadeaux de noël sans jamais avoir osé le demander : un autre souhait
tout ce que vous avez toujours voulu avoir comme cadeaux de noël sans jamais avoir osé le demander : un autre souhait

Pour les éventuels lecteurs inattentifs de ce blog, je tiens à rappeler une vérité essentielle sur moi-même, j’aime les livres. J’en vois deux ou trois lever les yeux au ciel en lisant cette phrase qui n’apporte strictement rien au débat (oui mais quel débat ?). Cet amour fait que je lis beaucoup et que j’ai fait quelques fixettes sur quelques auteurs et oeuvres. Vu mon pseudo, les lecteurs lettrés (pouf pouf) auront reconnu un personnage de Georges Perec, mais avec une faute d’aurthografe (hein cela ne s’écrit pas comme cela). J’ai déjà parlé de Georges Perec ici , mais ma fixette sur la vie mode...

Play it again Bartlle

BARTLLEBOOTH
Play it again Bartlle
Play it again Bartlle

Ce n’est pas que je me prenne pour le pianiste de Casablanca, ni même pour Humphrey Bogart, mais j’ai le vague sentiment de me répéter. En fait, en narrant de temps en temps quelques épisodes de ma vie quotidienne, les mêmes événements reviennent dans leur globalité car pour la plus grande partie de la vie quotidienne, les mêmes gestes les mêmes actions reviennent périodiquement que ce soit au travail ou à la maison. Prenons hier par exemple, de nouveau un aller retour à Paris , une nouvelle réunion, suite de la précédente, le pire étant que les sujets abordés, je les avais abordés il y a 4 ans...

Tout ce que j’aimais Siri Hustvedt

BARTLLEBOOTH
Tout ce que j’aimais Siri Hustvedt
Tout ce que j’aimais Siri Hustvedt

Pour les biens culturels il y a deux solutions pour en prendre possession. Soit vous en faites l’acquisition (temporaire ou définitive, ou vous le volez )mais de votre propre volonté, soit on vous les offre. Celui qui vous l’offre a donc supposé en vous faisant ce cadeau ( livre ou disque ou autre) que vous y trouveriez votre bonheur pour telle ou telle raison. Tout ce que j’aimais de Siri Hustvedt m’a été offert par Freebutterfly en me disant celui là tu vas l’adorer ( nous échangeons beaucoup sur nos lectures respectives). Me laissant à cette seule explication, je débutais donc la lecture de...

La quatrième dimension

BARTLLEBOOTH
La quatrième dimension
La quatrième dimension

J’ai encore souvenir dans mon cerveau de trentenaire vieillissant du visionnage dans la fin de l’enfance, quand la télévision se résumait à 3 ou 4 chaînes ,d’épisodes en noir et blanc de la quatrième dimension. Cette série était fascinante dans le sens où picturalement, il n y avait rien, mais les scénarios étaient tellement biens conçus que l’effrayant et le fantastique étaient bien présents dans un emballage d’une banalité quotidienne. Et bien figurez vous qu’en ce samedi, je me suis retrouvé dans un épisode de la quatrième dimension, sauf que la réalité du jour était le scénario et que les caméras...

tout ce que vous avez toujours voulu avoir comme cadeaux de noël sans jamais avoir osé le demander : introduction et premier désir

BARTLLEBOOTH
tout ce que vous avez toujours voulu avoir comme cadeaux de noël sans jamais avoir osé le demander : introduction et premier désir
tout ce que vous avez toujours voulu avoir comme cadeaux de noël sans jamais avoir osé le demander : introduction et premier désir

Bon si vous êtes capables de lire ces lignes c’est que en principe vous ne croyez plus au père noël depuis quelques temps déjà. Si objectivement c’est tout a fait compréhensible, il existe en effet pas de preuves irréfutables de son existence, il n’ y a cependant pas non plus de démonstration définitive de sa non existence... Alors croire, pas croire c’est un choix personnel mais bon il faut parfois tenter de retrouver son âme d’enfant. Pourquoi cette introduction ? Et bien dans un mois cela sera noël, vous vous précipiterez au pied du sapin naturel ou synthétique ouvrant fébrilement des paquets...

the boxers ep Morrissey

BARTLLEBOOTH
the boxers ep Morrissey
the boxers ep Morrissey

Il faut d’abord avouer quelque chose pour éviter tout malentendu et mes approximations futures dans cette notule. Je suis dans ma jeunesse complètement passé à coté des Smiths . Pour ceux qui ne connaissent pas ce groupe, vous êtes dispensés du reste du paragraphe ( ou pas c‘est comme vous voulez c‘est open), pour les autres je vais donner quelques explications. Étant réputé comme pas complètement ignare en matière de rock, et rentrant dans la tranche d’age, cela peut paraître complètement incompréhensible, n’empêche que .Dans l’attitude adolescente qui demande un positionnement pour/ contre/ à...

qui se souvient de David Foenkinos ?

BARTLLEBOOTH
qui se souvient de David Foenkinos ?
qui se souvient de David Foenkinos ?

Au poker, on appellerait cela un coup de bluff ....et comme dans le bluff, c’est un fusil à un coup, un fil du rasoir dont on ne devine forcement l’issue, tout gagner ou tout perdre. Voici donc le romancier David Foenkinos, écrivant sur un personnage se nommant David Foenkinos qui suite à un roman à succès (le potentiel érotique de ma femme) se trouve en panne d’inspiration et incapable d’écrire. Toute la réussite de ce roman (récit ?) réside dans le fait qu’à aucun moment on ne sait sur quel pied danser. Est ce un énorme canular ? Est ce vrai ?Faux ? L’auteur cherche t-il à masquer son manque...

dans le doute (mais quel mood?)

BARTLLEBOOTH
dans le doute (mais quel mood?)
dans le doute (mais quel mood?)

N’ayant que peu d’inspiration en ce jour, j ‘aurai pu mettre en grève et m’en tirer d’une pirouette mais si la blague peut être drôle elle reste cependant bien facile... Bref peu d’idées ce soir (ou trops ) et pas assez de temps pour synthétiser quelque chose de mon cerveau. Après une semaine de grève des transports, j’ai lutté en réussissant à ne pas utiliser un véhicule en plus pour ne pas augmenter les rejets de co2 mais demain un déplacement me fera utiliser un véhicule de location... La grève au service de la pollution ? Si ce n’est évidemment pas le but, il me semble que c’est le seul effet...

Le chant de la mission John Le Carré

BARTLLEBOOTH
Le chant de la mission John Le Carré
Le chant de la mission John Le Carré

Je ne pensais pas dire cela un jour, mais bon un avis reste un avis le mien étant de plus sûrement moins pertinent que d’autres, mais voilà je vous dois la vérité, j’inspire profondément me lance dans le vide et vous dit : « le dernier John le Carré n’est pas bon » C’est très difficile à écrire pour moi, ce serait comme de dire que je n’ai pas aimé le dernier Jim Harrison mais bon les faits sont là. Dans ce livre, on retrouve la dernière marotte de l’auteur, l’Afrique (qui couplé avec l‘industrie médicamenteuse avait donné le magnifique la constance du jardinier) , vu cette fois par le prisme d’un...

1 2 3 > >>