Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog bartllebooth Blog de vieux con

La chambre noire de Longwood Jean Paul Kauffmann

Bartllebooth
C’est un livre moite et vénéneux, fait du vide d’un lieu rempli d’une histoire et d’un homme dont ce lieu ne sut jamais que faire.

St Hélène, si (presque) tout le monde sait que c’est l’île où mourut en exil Napoléon Bonaparte , la situer devient plus compliqué. Nous pouvons faire l’erreur de la confondre avec l’ île d’Elbe, lieu du premier exil de l’empereur, mais même cette erreur réparée où est cette île, où est ce lieu dont les découvreurs  portugais avaient même à dessein donner une mauvais position au milieu de l’océan atlantique.
Elle est donc nulle part cette île, inabordable ou presque, peuplée d’anglais vivant plus ou moins des subsides de sa majesté, où seul les rotations du bateau l’abordant rompent la monotonie d’un vase clos, mi tropical mi atlantique au climat changeant et déstabilisant.
Jean Paul Kauffmann y a donc passé 10 jours ( le temps de rotation du bateau), cherchant les traces de notre corse déchu dans la résidence où il (sur)vécut et mourut ( fut assassiné ?). On suit Jean Paul Kauffmann  dans ses pérégrinations dans la résidence, dans l’île où il fait des connaissances si ce n’est cocasses au minimum étranges. On le suit sur les pas des dernières années de la vie de l’empereur en se référant aux différents témoignages que sa « suite » à laissé. On découvre un homme au bout d’une vie, échouée sans doute, vivant d’un passé grandiose et d’un quotidien de prisonnier à ciel (et à terrain) ouvert.
L’écriture de Jean Paul Kauffmann est comme à son habitude, épurée, discrète, toujours à la limite de la mélancolie, avec un rythme parfais dans un calme d’apparence. On retrouve l’amateur de goût, d’odeurs de saveurs, qui font ce que la vie est et qui en montrent parfois plus que les mots.
A t-il percé le mystère de St hellène de Napoléon ? Oui et non il a percé un mystère mais j’ai le sentiment que ce mystère est plus à l’intérieur de lui, qu’importe le lieu.

Commentaires