Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog bartllebooth Blog de vieux con

Jim Harrison Hôpital

BARTLLEBOOTH

Poème tire du recueil  Lointains et  ghazals

 

Quelqu’un crie presque en morse 

 trois longues, un brève, encore

trois longues. Homme, femme ou animal ?

Chambre bleue pâle. Combien sont morts

ici et y mourrai-je les oreilles martelées

par la douleur de trois longues, une brève, trois longues ?

Ce n’est jamais un gémissement, ça monte

du fond de la gorge

trois longues, une brève, trois longues. 

Partout les bêtes écoutent ce cri.

c’est sans doute de la musique pour les dieux-

trois longues, une brève, trois longues.

Je ne sais pas qui c’est,

une belle femme aux poumons de lionne

hurlant trois longues, une brève, trois longues ? 

 

 

je trouve ce poème magnifique, sur la peur de la mort de la maladie et ces sons dans la tête qui rendent fous. Je trouverai plus positif une autre fois…désolé, la beauté reste la beauté même quand elle est triste.

 

 

 

 

Commentaires