Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog bartllebooth Blog de vieux con

You're talkin' to me ?

BARTLLEBOOTH

Comment aborder un week-end en célibataire ? C’est le questionnement  intellectuel auquel j’ai du faire face ….j’en vois déjà lever les yeux au ciel en se disant « il s’en fait des nœuds au cerveau et il n’a pas de questions plus urgentes comme la faim ou la paix dans le monde ? ». vous auriez raison mais je ne suis pas un spécialiste de la faim et pour la paix dans le monde depuis Bill Murray dans un jour sans fin, je n’ose plus aborder ce sujet sans avoir l’air de faire de la drague…en plus je me pose les questions que je veux, c’est mon cerveau  après tout…Bref le vendredi soir s’est réglé de lui même après le départ de mme Bartllebooth, partie rejoindre nos filles en vacances, un coup de fil à mon Thib et nous voilà partis direction le stade de la vallée du cher pour le premier match de Tours à domicile en national cette saison. Nous avions vu les mêmes équipe en ligue 2 la saison dernière (tours et Créteil), le match avait été insipide mais là, ce fut particulièrement agréable. A ce niveau inférieur, il semble que les joueurs aient moins de pression et donc jouaient libérés. Le seul bémol restait quand même le public de footeux qui se complait dans un 1er degré régressif à la limite du pipi caca et assez désagréable. Comment peut on prononcer autant de fois le mot enculé quand on vient au stade avec ses amis, ses enfants ou sa famille, c’est une vraie question fondamentale de la pensée sportive du XXIe siècle….Fin du match et victoire de Tours 2 à 1 malgré le fait que l’équipe est finie à 9 sur le terrain et ce cher Thib et moi nous retrouvions à errer dans le parking pendant 10 minutes à la recherche de notre voiture perdue…pas très proustien mais très flippant sur le coup….dîner avec mme Thib chez eux et discussions à bâtons rompus forte agréable et tardive.

 

 

Le samedi démarrait pas très tôt par une virée à tours, lecture de la presse en terrasse puis après un lapin et demi repas entre amis dans le vieux Tours, discussions sans fins, parler manger, partager et échanger, il n’y a rien de plus agréable et quand en bonus on magasine (comme dirait les québécois )dans une librairie et un magasin de cd alors là….Ensuite, ayant un tendance à m’incruster, je débarquais une nouvelle fois chez Thib en 24 h pour visionner Angleterre/France. Mes hôtes  ayant pitié de moi, me gardaient une nouvelle fois à manger, il y a vraiment des gens adorables sur cette terre. Dimanche matin, dés le réveil descente à vélo dans Amboise centre pour des cafés avec une amie et discussions à nouveau. Un week-end de célibataire et de paroles où dire fût aussi important qu’écouter et à échanger ainsi, je me disais que l’échange est vraiment la meilleure chose pour nous pauvres humains…N’empêche que mon statut provisoire d’homme seul m’a pesé, plus que je ne l’aurai pensé. Mes filles plus ma femme absente me laissaient un léger sentiment de vide et un grand sentiment de manque. C’est finalement tout l’équilibre de la famille qui est remis en cause. En vivant ensemble, adultes et enfants nous organisons notre fonctionnement pour trouver un équilibre précaire mais où parfois j’ai le sentiment de me perdre. Mais le fait d’être seul quelques jours me montre que même si l’absence de contraintes liées à mon statut provisoire peut être agréable, j’ai finalement plus le sentiment de me retrouver dans ma famille que de m’y perdre. Une bonne leçon à méditer jusqu’à notre réunion Mardi soir….Pour finir le dimanche après rangement, un jogging de 1h20 m’a remis dans le bon sens physiquement pour aborder la dernière ligne droite avant les 20 km de Tours. 6  semaines de préparation pour tenir ma promesse qui date déjà du 1er janvier. Enfin pour finir sur une note calme, apaisante et de méditation, écoute des disques achetés ce week-end, une compil’ du man ray, musique pas désagréable en fond sonore, et 3 cd de Bill Evans qui me fait dire une nouvelle fois que la formation jazz piano/basse/batterie quand elle joue ensemble arrive à quelque chose d’universel et d’absolu surtout avec quelqu’un comme Bill Evans, j’y reviendrais il y a tant à dire mais écouter suffit…..

 

 

Commentaires

bartllebooth 14/08/2007 13:10

c'est ce qui fait son charme

Greg 13/08/2007 21:08

Et oui, c'est le grand paradoxe de la vie de couple et de famille. Lorsque l'on est en plain dans le tumulte de cette vie, on reve parfois d'avoir un week-end seul en célibataire et lorsque ceci arrive, on se sent vite sans repères. Cette solitude dont on espérait avant l'arrivée, apparaît soudain comme inutile et laisse un petit goût amer...La vie est vraiment particulière !