Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog bartllebooth Blog de vieux con

L'élégance du herisson Muriel Barbery

BARTLLEBOOTH

Comment parler d’une oeuvre (et en l’occurrence d’un livre), non pas de manière objective (je crois que l’objectivité n’existe pas) mais en se détachant au maximum du tapage médiatique qui peut avoir lieu autour, des ventes ou de la personnalité de l’auteur ?

C’est plus simple à dire qu’ à faire car tout vous y ramène, du bandeau sur le livre à une photo de l’écrivain(e) idéalement placé ou des articles de presse qui ne parleront à aucun moment du livre mais au choix des lubies de l’auteur, du phénomène éditorial ou que sais je encore....

Comment aborder l’élégance du hérisson ? Les médias ne se sont que focalisés sur les chiffres de vente et le bouche à oreille.... l’esprit est donc pollué avant la lecture car le snob cherchera à comprendre pourquoi autant de cons ( mais on est toujours le con de quelque un) aiment quelque chose, bah oui si cela vend c’est forcément nul, l’art n’étant pas populaire..... J’ai donc lu ce livre à la suite de Mme ne sachant finalement pas trop à quoi m’attendre..... On cherche à tort à savoir pourquoi tant de gens s’y sont plongés et obligatoirement on ne comprend pas mais c’est qu’il n y a rien à comprendre , c’est juste une rencontre improbable qui ne s’explique pas et qui fait le charme de la littérature. Le lieu, l’idée et l’instant

Le livre maintenant, dire que j’a été emballé serait excessif, dire que j’ai trouvé ce la nul aussi.... C’est un livre où finalement on peut trouver ce que l’on veut. Cette rencontre entre une petite fille (trop) intelligente, une concierge (trop) intelligente et un homme d’affaires japonais (trop) intelligent donne des situations savoureuses et cocasses et qui flattent notre ego en matière de supériorité intellectuelle sur le simple péquin et du le syndrome je suis incompris par tout le monde. L’auteur, fan du japon a bien cerné la philosophie zen, minimaliste et essentielle de cette civilisation et un certain nombre de propos sont superbes mais hélas c’est souvent trop verbeux, et les fulgurances magnifiques se cachent comme un diamant au milieu du charbon (de bonne qualité cependant). Le livre est du coup trop long mais ne reste pas désagréable. Comme le zen, il aurait fallu aller à l’essentiel mais la route est ici bien sinueuse....

Commentaires