Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog bartllebooth Blog de vieux con

Tout ce que j’aimais Siri Hustvedt

BARTLLEBOOTH

Pour les biens culturels il y a deux solutions pour en prendre possession. Soit vous en faites l’acquisition (temporaire ou définitive, ou vous le volez )mais de votre propre volonté, soit on vous les offre.

Celui qui vous l’offre a donc supposé en vous faisant ce cadeau ( livre ou disque ou autre) que vous y trouveriez votre bonheur pour telle ou telle raison.Tout ce que j’aimais de Siri Hustvedt m’a été offert par Freebutterfly en me disant celui là tu vas l’adorer ( nous échangeons beaucoup sur nos lectures respectives). Me laissant à cette seule explication, je débutais donc la lecture de ce livre avec une lecture classique ( le livre intrinsèque) et une lecture en me demandant pourquoi Freebutterfly pensait que j’allais adorer ce livre .

Alors qu’il est à la fin de la vie, un professeur de faculté se remémore son amitié avec un artiste, les événements qui ont bâtis leur amitié indéfectible (est ce cela Freebutterfly ?), ce qui l’a nourri, leurs relations et familles. On a donc sur 25 ans un succession de joies peines et drames. Cela reste une trame infiniment classique mais elle est plutôt bien réussie, on vit un certain nombres d’événements avec les tripes ( et quelques passagers du corail Tours Paris ont pu me voir avec les larmes au yeux lors d’un passage superbement écrit sur la mort d’un enfant), on a une vraie aventure humaine et elle est belle. Mais, car il y a un mais, l’auteure a voulu mettre un truc en plus, et ce truc en plus déstabilise l’édifice. Comme nous sommes dans un milieu intellectuel new-yorkais ( art et enseignement), nous devons subir sur des pages et des pages de théories et d’explications sur l’art et deux trois ou autres sujets. Si leur pertinence n’est pas à remettre en cause, ces passages nuisent au rythme narratif de l’ouvrage, n’étant pas des endroits pour souffler, mais plutôt des impasses dont il est difficile de sortir pour retrouver son chemin. C’est dommage . Reste tout de même une belle histoire qui aurait été peut être meilleure avec plus de concision .

Commentaires

Corso 14/04/2009 14:43

Le 26 mai 2009, à la librairie Arthaud de Grenoble, l'auteur viendra en conférence-dédicace. Je me ferai une idée plus précise sur l'ensemble de son oeuvre.

Thom 27/11/2007 13:05

Dois-je le dire ? Siri m'assomme, m'ennuie, m'endors :-)