Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog bartllebooth Blog de vieux con

Play it again Bartlle

BARTLLEBOOTH

Ce n’est pas que je me prenne pour le pianiste de Casablanca, ni même pour Humphrey Bogart, mais j’ai le vague sentiment de me répéter. En fait, en narrant de temps en temps quelques épisodes de ma vie quotidienne, les mêmes événements reviennent dans leur globalité car pour la plus grande partie de la vie quotidienne, les mêmes gestes les mêmes actions reviennent périodiquement que ce soit au travail ou à la maison.

Prenons hier par exemple, de nouveau un aller retour à Paris, une nouvelle réunion, suite de la précédente, le pire étant que les sujets abordés, je les avais abordés il y a 4 ans dans la même salle avec le déploiement des mêmes processus.... la vie est un éternel recommencement mais parfois cela ressemble à un mouvement perpétuel à inertie négative quand on se base sur le coté professionnel.

Alors quoi d’autre sur cette journée, rien et tout, l’entame dés 6H30 dans le train du livre de Jonathan Nossiter le goût et le pouvoir et si j’y reviendrai ultérieurement vu le plaisir de la lecture, le fait de lire sur le vin me donna une envie de boire un coup dés 7h, envie que je ne pus assouvir que le soir, une fois 250 pages avalées (ou bues ?) et une rentrée at home où une bouteille de Vouvray m‘attendait, quand les mots coulent comme ils coulent dans ce livre le cerveau se met en mode imagination et c’est à la fois plaisant et frustrant.

Parler des taxis parisiens et de ma sensation de faire un tour dans Space Mountain dans la circulation parisienne, parisiens comment faites vous ?

Enfin parler du trajet de retour de nuit et la contemplation de toutes ses villes, toutes ses lumières allumées, tous ces magasins identiques aux néons vulgaires et l’impression que même en mouvement, nous faisons du sur place, chaque ville ressemblant à la précédente

 

Commentaires

Mr Patate 28/11/2007 10:54

Les parisiens que nous sommes adoptons en fin de compte la même conduite que nos trés chers taxi (aucun jeux de mots dans cette phrase car pour ma part je trouve que les prix des taxis parisiens ne sont pas si excessif que cela au vu des services rendus...). Que veux tu trés cher Bartlle, nous sommes des fous qui avons une vie de dingue...nous courrons aprés le temps qui passe toujours trop vite en cette IDF où nous avons l\\\'impression que l\\\'échelle de temps est différente de celle qui existe dans nos cheres provinces...