Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog bartllebooth Blog de vieux con

du mercure sous la langue Sylvain Trudel

BARTLLEBOOTH

A me relire (et oui mon ego me fait relire certains des articles présents dans ce blog), je me rends compte que l’emphase est parfois (trop ?) présente dans mes comptes rendus de livres ou disques. Il me semble pourtant beaucoup plus simple de dire du mal que du bien, à chaque fois que l’on dit du bien on est soit naïf ou vendu, alors qu’en disant du mal on développe son esprit critique (être contre donne de la stature en principe).

Cette introduction sans queue ni tête juste pour vous dire que j’ai lu un livre formidable. Encore un diront les blasés de ce blog, oui encore un mais celui là si il est formidable m’a donné un véritable coup.

Nous avons donc Frédéric qui va mourir d’un cancer dans un avenir proche et qui est coincé dans un hôpital en attendant la fin. Bon je vous l’accorde , avec une introduction pareille, on a plutôt envie de reposer le livre. D’ailleurs ce livre a traîné un long moment près de mon lit avant que je  tente de le lire et ce qui fut terminé en une soirée (125 pages). Sauf que le Frédéric est un adolescent pas trop stupide et poète à ses heures. Et si il a comprit bien vite que sa lutte est sans espoirs, il concentre du coup son esprit sur les moments qui lui restent.

Sur cette base plutôt repoussante ( ce n‘est pas un sujet porteur ou attirant), Sylvain Trudel réussi un livre à la fois coup de poing et doux comme du velours. Il aurait pu tomber dans la naïveté la douleur, le crie du « pourquoi moi » . Mais non, en utilisant la voix de son personnage, un adolescent rebelle (euphémisme ?), il décale la vision sur la maladie . C’est une parole de jeunesse qui n’ayant pas d’avenir devient acérée sur les comportements humains face à la mort et la maladie, et du coup révèle la beauté de la vie.

De plus l’utilisation de poèmes tout au long du livre donne un langage onirique et un rythme hypnotisant aux mots.

Tout n’est pas parfait dans le livre, mais le parfait on s’en moque on a juste sur 125 pages de densité sur la vie et c’est beau.

Commentaires

bartllebooth 03/12/2007 21:21

on ne se connait pas trop mais je pense que cela te plaira

Idothée 30/11/2007 20:20

ça...je vais noter le titre : )