Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog bartllebooth Blog de vieux con

Glenn Gould Variations Goldberg

BARTLLEBOOTH

Après le rock, notre ami a une définition de la musique classique…. Non nous n’oserions lui demander de peur de la sentence finale.

 Le classique c’est tout et rien, des disques à 1 euro achetés entre le liquide vaisselle et la bouteille de pastis, des coffrets définitifs sur un compositeur ou un artiste pour avoir le sentiment de possession, de ne pas être passé à coté. … cependant quelques personnes peuvent faire parler cette musique (essayez une émission de JF Zygel, cela changera votre vision).

 L’autre possibilité c’est d’entendre une fois, un artiste jouant un compositeur  et tout semble couler de source, tout semble évident. Bach et Glenn Gould ne furent pas contemporains mais entendre Gould jouer Bach c’est unique, ils étaient fait l’un pour l’autre.

 La  célébrité de Glenn Gould viendra de son immense talent et  de ses enregistrements des variations Goldberg, musique que l’on aura entendue par la suite, chez Hannibal Lekter, Maurane, publicité ou bien série TV. Son jeu si magique permet en trois note de rendre « classe » tout l’environnement autre que sonore lié à ce son de piano, d’où l’utilisation à toute les sauces.

Enregistrées une première fois dans sa jeunesse (1954 ou 1955), il les réenregistra sur la fin de sa vie (1981) et c’est là ma version préférée. Moins vite, moins technique, Glen Gould n’a   plus rien à prouver, il ralentit le tempo, s’oublie dans son jeu et de l’oubli vient la lumière. Le geste pur, parfait que recherche le zen, il le trouva cette fois là.  Le disque vaut 7 euros à la Fnac, 7 euros pour le septième ciel.

En bonus pour vous mettre l’eau à la bouche, une vidéo de cet enregistrement

Commentaires