Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog bartllebooth Blog de vieux con

Ville noire Ville blanche Richard Price

Bartllebooth

ville-noire-ville-blanche-09.jpgC’est un livre sur quoi finalement ? Un policier ? Oui si on s’entend par une intrigue, en l’occurrence un probable enlèvement dont on devine la fin dés le début, comme si le « pitch » ne tenait pas…mais qui s’en soucie ? Certains lecteurs peut être mais moi non.

Car ville noire, ville blanche de Richard Price est tout sauf un policier, c’est un livre sociologique, pessimiste, noir dans son manque d’espoir. Il faudrait d’abord coller le titre français et le titre anglais ville noire ville blanche,  Freedomland, non pas sur une traduction mais sur ce nom du parc  désaffecté qu’il incarne, qui est au cœur du roman. Cette représentation en miniature des Etats-Unis, à l’abandon, symbole d’une nation elle-même en manque de symbole, d’un pays en lambeaux  et dont les personnages incarnent toutes les facettes contradictoires. Ce policier asthmatique qui reprend ses bouffées de ventoline comme ce pays qui cherche quelque chose pour respirer encore, ne pas s’étouffer dans ses guerres sociales, de race. Cette femme blanche en recherche de sens et qui se perdra, cette journaliste qui tente d’avoir LE SCOOP, mais à quel prix, ce corporatisme,cette lutte,pour l'image . Tout cela est prêt à s’enflammer, un feu de fin de règne mais à la fin que des flammèches…car la société se nourrit d’elle-même et ne meurt pas reste sous perfusion.

Le talent de Richard Price, c’est d’arriver à mêler tout cela, à nous le faire comprendre sans l’assener, il laisse juste des traces et nous on suit tête baissée. Il y a plus de 600 pages mais ce n’est pas long, c’est juste…juste parfait pour démontrer la faillite d’un système, système qui peut être chez nous aussi, il suffit de remplacer New jersey par Seine-Saint-Denis. Bien sur même si elle n‘a que peu d’intérêt, il reste l’intrigue, car c’est un fil qui lie le tout ensemble et l’on se dit que Price avec ce fil a le talent d’un grand couturier.    

Papillon a aimé, Amanda aussi

Commentaires

amanda 05/01/2010 20:38



bien bel article, qui résume tout, et parfaitement !