Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

le blog bartllebooth

Blog de vieux con

J'aime

BARTLLEBOOTH
J'aime
J'aime

J’aime….laisser tomber mon regard dans certains yeux féminins où l’on rêve de s’y plonger tout entier. Leur couleur à la transparence diaphane pourrait vous emprisonner dans la plus douce des cage. Bon honnêtement je ne regarde pas que cela mais comme dirait Suzanne Vega « face is the place where private goes to public » et les yeux ne mentent jamais. Pas trop maquillés juste surlignés, un croisement d’un instant avec une inconnue, un regard plus insistant des moments volés ou acceptés et oublier tout le reste pour un instant.

14 Juillet

BARTLLEBOOTH
14 Juillet
14 Juillet

Bon en principe, si j’ai réussi à maîtriser le serveur over-blog, c’est aujourd’hui le 14 juillet , jour de la fête nationale. (phrase initiale completement obsolète) je me suis completement planté dans ma programmation et tout est arrivé en ligne d'un coup....pouf pouf moi qui passe pour un pro de l'informatique parfois....Bref il y a donc 8 articles publiés avec celui là. Profitez de la lecture, il n' y en aura pas d'autres avant une semaine minimum. Pour ceux qui ne sont pas partis en vacances comme le salaud que je suis (merci les avancées sociales), cela veut dire que c’est férié…profitez...

Nicolas Bouvier

BARTLLEBOOTH
Nicolas Bouvier
Nicolas Bouvier

Tiré de l’usage du monde « Finalement, ce qui constitue l’ossature de l’existence , ce n’est ni la famille, ni la carrière, ni ce que d’autres diront ou penseront de vous , mais quelques instants de cette nature , soulevés par une lévitation plus sereine encore que celle de l’amour, et que la vie nous distribue avec parcimonie à la mesure de notre faible cœur » Ah ces instants où tout semble parfait en place…fluide, tout cela est fugace mais quand on attrape un instantané au vol, la vie prend l’espace d’un instant tout son sens et semble moins futile ou inutile. Je ne peut que vous conseiller de...

Jean Rolin Terminal Frigo

BARTLLEBOOTH
Jean Rolin Terminal Frigo
Jean Rolin Terminal Frigo

Encore un livre de jean Rolin, quand je lis un auteur j’aime avoir une vue globale si il n’est pas trop mauvais(avis subjectif bien évidemment)…L’auteur a cette fois voulu faire le tour des gros ports industriels français (St Nazaire, Calais, Verdon, Marseille). Il reprend donc ses cheminements, à pied essentiellement recherchant quelque chose qu’il ne trouvera peut être jamais mais quoi ? son passé perdu ? sa madeleine de Proust à lui ? on retrouve ses obsessions pour les bateaux, les gens en marge, les cafés, la fin d’un monde industriel, la fin du monde ouvrier. On le suit donc dans ses pérégrinations...

Jim Harrison Poème du chalet

BARTLLEBOOTH
Jim Harrison  Poème du chalet
Jim Harrison Poème du chalet

Extrait tiré de Théorie et pratique des rivières J’ai décidé de ne plus rien décider, d’assumer le masque de l’eau, de finir ma vie déguisé en rivière, en tourbillon, de rejoindre à la nuit le flot ample et doux, d’absorber le ciel, d’avaler la chaleur et le froid, la lune et les étoiles, de m’avaler moi-même en un flot incessant. Pour moi ce poème est la définition parfaite de la « fluidité » que je recherche et que hélas j’atteints rarement. Cette quête d’une forme de zen qui ferrait appréhender le monde en l’absorbant, en étant le monde…j’ai encore du boulot…

le maître des illusions Donna Tartt

BARTLLEBOOTH
le maître des illusions Donna Tartt
le maître des illusions Donna Tartt

J’ai déjà parlé de Georges Perec et de l’effet qu’a eu sa lecture sur l’adulte que je suis. Il existe aussi un livre qui a marqué ma fin d’adolescence, le maître des illusions de Donna Tartt. Ce livre narre l’arrivée d’un étudiant californien sur un campus de la nouvelle Angleterre. Intégré à un groupe qui étudie le grec ancien, il va par volonté de rejoindre ce groupe élitiste accepter ce qui, peut être, est inacceptable et le taire. Amie de Brett Easton Ellis, Donna Tartt a écrit avec ce livre une première œuvre parfaite, à plusieurs niveaux de lecture. Basiquement c’est un livre un peu noir,...

La contreverse de Valladolid jean Claude carrière

BARTLLEBOOTH
La contreverse de Valladolid jean Claude carrière
La contreverse de Valladolid jean Claude carrière

Depuis que je parle de livres sur ce blog je n’ai jamais été vraiment méchant, n’allumant pas beaucoup les œuvres lues…soit je suis niais, naïf et gentil ( pour ceux qui me connaissent , j’attends vos avis pertinents sur la question), soit je n’avais trouvé l’ambulance sur laquelle tirer….ce difficile cas de conscience est résolu car j’ai trouvé mon ambulance et elle porte le doux nom de controverse de Valladolid par Jean-Claude Carrière. Mon but était en achetant ce livre de comprendre cette controverse sur la réalité humaine des indiens (dont doutait l’Espagne conquérante et l’église catholique),...

Cowboy junkies The trinity session

BARTLLEBOOTH
Cowboy junkies The trinity session
Cowboy junkies The trinity session

Un soir il y a quelques temps déjà ( le 27 novembre 1987), quatre canadiens de Toronto rentrèrent dans une église (The Church of the holy trinity) pour enregistrer un disque en une nuit. Groupe formé de deux frères, une sœur et un quatrième comparse, ils se faisaient appeler les cowboy junkies. A ma connaissance il n’étaient pas drogués et les cow-boys n’étaient pas très présents à Toronto. Toutes ces données un peu hétéroclites, une vieille église, un groupe au nom bizarre, un enregistrement en live allait donner un des enregistrements les plus forts de ces 20 dernières années. Le nom du groupe...

Francis Ponge le monologue de l'employé

BARTLLEBOOTH
Francis Ponge le monologue de l'employé
Francis Ponge le monologue de l'employé

Francis Ponge le monologue de l’employé « …je gagne ma vie paisiblement, sans peine, en faisant un travail régulier et facile pour lequel je ne risque pas du tout d’être ennuyé gravement. Tout a été soigneusement nettoyé et mis en place lorsque j’arrive ; quand je ferme la porte et m’en vais, saluer mes chefs, aucun souci ne sort avec moi. Ainsi je gagne ma vie qui s’écoule avec assez de lenteur et d’aisance, et que je goutte beaucoup, à sa valeur. » « Cependant le soir, libre de mon temps, je prends conscience d’être un homme pensant : je lis et je réfléchis, réservant une demi-heure à cet effet...

Retour en normandie

BARTLLEBOOTH
Retour en normandie
Retour en normandie

Bon bartllebooth part une nouvelle fois en vacances, une nouvelle fois en Normandie (Cotentin et orne)...Quel manque d’imagination de ma part mais quand il existe un lieu où tout semble en place pourquoi aller ailleurs ? Je vois déjà quelques sourcils de voyageurs se lever et ils auront ma foi raison. Mais partir 15 jours dans un endroit que je ne connais pas que pourrai-je découvrir sur un laps de temps aussi court ? Pour moi voyager se serait avoir du temps, du temps pour comprendre et contempler, bouger quand je le veux, m’arrêter quand je le veux, sans programme ni plan précis, juste happé...