Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog bartllebooth Blog de vieux con

Saturday nights & sunday mornings Counting crows

6 ans… c’est long ? Court ? La durée est assez subjective finalement mais ce que je sais, c’est qu’il a fallut attendre 6 ans pour que Counting crows sorte un nouvel album…. L’attente valait t elle le coup le  demi fan que j’étais jusqu’ à présent ? Oui et non, non et oui. Saturday night & Sunday mornings est à l’image de la carrière du groupe, faite de hauts et de bas, de bon et de moins bon. Basé sur une face électrique (Saturday nights) et l’autre simili acoustique (Sunday mornings), ce concept ne tiens pas la distance par manque d’unité sur l’ensemble des titres. Avant l’écoute je pensais que mon cœur allait pencher sur le dimanche matin et son calme mais c’est là que les titres les plus fades sont présents « You can’t count on me » « le ballet d’or » ou « on a Tuesday in Amsterdam log time ago » qui semble être une redite d’une redite (ais je entendu Baltimore ?) des plaintes parfois désagréables du néanmoins attachant Adam Duritz. Par contre la partie rock recèle quelques pépites plutôt entrainantes « cowboys » « 1492 » et le titre qui clôture l’album (dans la version que je possède car le groupe a la désagréable habitude de publier plein d’éditions différentes pour faire payer les pauvres fans) « come around » qui est un bon compromis de ce que le groupe sait faire. Maintenant rien de renversant, les fans aveugles trouveront cela formidable, les autres que cela sonne comme ?
Comme ?... comme un groupe dont il aura toujours du mal à prononcer le nom et qui chantait, tu sais, le titre qui faisait cha la la la la … et pour le demi fan que je suis, de la mansuétude pour le groupe qui lui donna à écouter deux albums formidables (August &everything after et recovering the satellites), et qui depuis n’est que le clair obscur de lui-même, ni emballant ni décevant, juste au milieu et qui si il était un autre, lui serait  (peut être ) indifférent.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commentaires